News

Find out all news and events of Vaccine Research Institute or in link with the VIH.

avril 13, 2019
Share

Communiqué de presse: Les réponses immunitaires chez les survivants du virus Ebola 2 ans après l’infection aide au développement d’un vaccin

Les scientifiques ont découvert que 2 ans après l’infection, les survivants ouest-africains d’Ebola présentent des réponses immunitaires de la mémoire, y compris des cellules T spécifiques contre le virus Ebola. Ils croient que leur découverte ouvre la possibilité d’améliorer les vaccins contre Ebola en renforçant les cellules immunitaires clés nécessaires à une immunité protectrice durable.

La nouvelle recherche est présentée au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) à Amsterdam, Pays-Bas (13-16 avril).

“Les réponses immunitaires des survivants d’Ebola pourraient aider à déterminer quel type de réponses immunitaires doivent être induites par un vaccin pour lutter efficacement contre le virus”, explique le Dr Aurelie Wiedemann de l’Institut de recherche sur les vaccins de Créteil, en France, qui a dirigé la recherche. “Nos résultats indiquent quelles réponses immunitaires spécifiques persistent chez les survivants longtemps après l’infection”

Les cellules T sont un composant clé des réponses immunitaires antivirales en plus des cellules productrices d’anticorps, mais on sait peu de choses sur les réponses des cellules T à la maladie à virus Ebola.

Selon les chercheurs, c’est la première fois que des réponses spécifiques à la maladie à virus Ebola dans les cellules T sont démontrées chez des survivants humains 2 ans après l’infection.

La flambée de maladie à virus Ebola survenue en 2013-2016 en Afrique de l’Ouest a été la plus importante flambée de maladie à virus Ebola de l’histoire, avec environ 28 616 cas identifiés, entraînant 11 310 décès en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria. Plus de 10 000 personnes infectées par le virus Ebola ont survécu.

Des recherches antérieures indiquent que des réponses immunitaires robustes sont associées à un meilleur pronostic chez les personnes atteintes de la maladie à virus Ebola. Cependant, les efforts de prévention ont été limités par le manque de connaissances sur la façon de générer une réponse immunitaire protectrice contre ce pathogène virulent. Les corrélats de protection qui devraient être induits par un vaccin efficace ne sont toujours pas connus dans la maladie à virus Ebola.

Pour fournir plus de preuves, Wiedemann et ses collègues ont examiné comment le système immunitaire a répondu à la maladie à virus Ebola 2 ans après l’infection chez 35 survivants adultes (âge médian de 30 ans) de l’étude PostEboGui – une cohorte d’observation de 802 survivants de l’épidémie d’Ebola 2013-2016 recrutés en Guinée qui ont été déclarés indemnes du virus.

Les chercheurs ont analysé des échantillons de sang pour caractériser la réponse des cellules T (auxiliaires) et cytotoxiques (qui détruisent les cellules infectées qui produisent le virus) à la glycoprotéine du virus Ebola chez ces survivants. Ils ont également utilisé le profil d’expression génique pour comparer le sang de survivants de la maladie à virus Ebola et d’un groupe témoin de 39 Guinéens (âge médian de 25 ans) sans antécédents de maladie à virus Ebola.

Comparés aux individus témoins, tous les survivants présentaient des anticorps immunoglobuline-G (IgG) spécifiques d’Ebola témoignant de leur maladie d’Ebola passée. L’analyse des marqueurs sanguins a montré que les survivants ont une inflammation persistante plus de 2 ans après la guérison. Ce statut peut également expliquer certains symptômes cliniques à long terme (par exemple, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires, douleurs articulaires) décrits chez ces sujets.

La stimulation in vitro de cellules mononucléaires de survivants avec des antigènes Ebola a révélé la présence de cellules T mémoire capables de produire des cytokines (molécules produites par des cellules du système immunitaire en réponse à un pathogène), suggérant que ces cellules pourraient être capables de contrôler et / ou effacer le virus Ebola.

Une analyse plus approfondie a montré que le profil d’expression génique de ces survivants différait des individus sains. Les auteurs pensent qu’une analyse plus approfondie de ces gènes pourrait fournir des indices sur les facteurs associés à de meilleurs résultats cliniques chez les personnes infectées par Ebola.

«Notre étude sur les survivants de la maladie à virus Ebola pourrait fournir des données essentielles pour développer des stratégies visant à imiter la résilience dont certaines personnes ont fait preuve après avoir été infectées, et aider à mieux identifier un corrélat de protection contre la maladie à virus Ebola», explique le Dr Wiedemann.

Dr Aurelie Wiedemann, Institut de recherche sur les vaccins, Créteil, France T) +33 149813735 E) aurelie.wiedemann@inserm.fr
Contact alternatif dans la salle de presse de l’ECCMID: Tony Kirby T) + 44 (0) 7834 385827 E) tony@tonykirby.com
Notes aux rédacteurs: Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêts.

Ce communiqué de presse est basé sur la présentation électronique mini-orale 1225 au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID). Le matériel a été révisé par des pairs par le comité de sélection du congrès. Il n’y a pas de document complet à ce stade, mais les auteurs sont heureux de répondre à vos questions. L’étude n’a pas encore été soumise à une revue pour publication.